De la gestion des multiples identités

En un mot, je vais vous résumer comment je le gère : mal. Si on voulait de moi comme espionne, je me déconseillerais vivement (sauf si le but est de se faire prendre, je pense que je serais plutôt douée). Je vois des tas d’auteurs qui s’en sortent très bien et je me dis qu’il me manque un gène spécifique pour le mensonge (y compris par abstraction).

Il y a trois ans, en créant mon premier pseudo pour poster sur fanfiction.net, je voyais l’histoire un peu comme ça :

Bruce Wayne

Continuer la lecture de De la gestion des multiples identités

Bilan 2013

Et oui, c’est le moment de voir comment s’est passée l’année. Je sais d’avance qu’elle a été nettement moins productive que les précédentes parce que je n’ai quasiment rien écrit durant le premier semestre. J’étais enceinte de mon troisième, épuisée et l’esprit occupé à mille autre choses…

Avant (et pour avoir un élément de comparaison), petit retour sur les années précédentes :

  • 2012 : 84 883 mots pour 13 textes complets et une poignée de textes débutés (toujours non achevés à ce jour).
  • 2011 : 155 581 mots pour 8 textes achevés et 3 textes sérieusement entamés, mais toujours pas terminés.

Voilà pour le récapitulatif. Je griffonne souvent sur du papier et je ne compte pas les mots tant que je ne les ai pas repris sous Word. J’ai donc 4 textes complets (qui varient entre 20 et 100 pages manuscrites) qui n’attendent que mon bon vouloir… J’ai également une quinzaine de fichiers créés qui comportent moins de 1 000 mots et qui ne représentent que quelques scènes ou idées écrites sur le vif.

Passons à 2013 : 22 992 mots. La chute est dure ! Mais bon, ça représente 6 textes terminés et un seul entamé.

Et 2013 a aussi été l’année où j’ai osé ! Enfin, après des années à contempler les appels à textes d’un œil rêveur, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis lancée (parce que le plus difficile dans les AT est la crainte du refus, j’y reviendrai dans un prochain article). Le résultat est plus que bon : sur 3 AT, 2 de mes nouvelles ont été retenues pour La Musardine. La dernière, romance M/M pour les éditions Laska, n’a pas eu cette chance (et n’était en rien érotique). Dois-je en conclure que me cantonner aux textes érotiques serait ma force ? En même temps, ça ne me déplaît pas, autant allier l’utile à l’agréable 😉

J’en retire finalement un bilan positif dans le sens où je ne me suis pas éparpillée, sautant d’un projet à l’autre comme je pouvais le faire trop souvent. J’ai avancé pas à pas.

Et je compte en faire autant pour 2014 : je ferai un point mensuel, entre mes objectifs du mois, le bilan du précédent et tous les grains de poussières qui vont entraver les rouages.