5 ans de NaNoWriMo

nanowrimo_2016_webbanner_participant

Le NaNoWriMo, pour ceux qui ne connaîtraient pas le principe, est le National Novel Writing Month. C’est un événement mondial au cours duquel les participants prennent le pari d’écrire un roman en 30 jours. Concrètement : 50 000 mots du 1er au 30 novembre. Soit 1 667 mots par jour.

Depuis 2011, j’y participe avec, à ce jour, un grand chelem d’échecs :

  • Je n’ai jamais atteint les 50k mots,
  • Je n’ai jamais fait publier les romans issus de cet événement.

Dans ces conditions, à J-1, pourquoi continuer et re-signer pour une 6ème année ?

Eh bien, parce que j’aime l’idée de participer à un tel événement. Et que, finalement, les « échecs » n’en sont pas vraiment puisque, durant un mois, j’avance sur des projets. Le compteur et l’ambiance aident à se bouger. C’est l’occasion de prendre certaines habitudes, comme mettre à profit des moments auxquels on n’aurait pas pensé pour écrire !

Et comme j’aime bien faire des bilans (parce que, parfois, on ne se rend compte que de ce qu’il reste à faire et c’est déprimant, alors qu’en faisant le point du chemin parcouru, c’est gratifiant et motivant), en voici un !

 

2011 :

Mon premier NaNo. Je venais de découvrir l’événement et m’étais lancée dans un thriller teinté de SF (avec un tout léger soupçon timide de M/M).

Renaissance est attente de réécriture (et d’un nouveau titre). Je sais que ça peut paraître long, mais j’avais écrit avec une narration à la première personne et je pense repasser à la troisième personne. Sans parler des incohérences dans le scénario, de la construction autour des flash-back, du trope de l’amnésie et du deus ex machina de la fin…

(j’ai cherché un extrait qui ne me fasse pas trop honte, en vain, donc j’assume ^^)

Nathan est maintenant penché vers moi. Je peux tirer beaucoup plus de lui, je le sens.

– Tu es mon frère ?

La question me brûlait les lèvres mais je la regrette. Aucun d’eux n’a besoin de répondre pour que je sache que mon intuition est mauvaise et je suis déçu. Il a les yeux de nouveau voilés de tristesse et Ophélie s’est relevée d’un bond. Elle a le souffle haché et si elle n’a pas quitté la pièce, c’est uniquement parce que Nathan la retient par le poignet. Pourtant, il ne me lâche pas du regard. Ophélie finit par se réinstaller sur le canapé.

 

2012-2013

Je fais un tir groupé pour ces deux NaNo parce que je n’ai pas vraiment entamé de projets ces années-là. J’ai avancé sur des fanfics ou des textes déjà en cours. Du coup, c’est assez varié et je serais bien incapable, à ce jour, de dire ce que j’ai concrètement écrit durant ces périodes.

Tout ce que je peux dire, c’est que les fanfics non postées ne le seront jamais (ou la probabilité est très faible, vu qu’il ne faut jamais dire jamais…). C’est assez dur à accepter parce que certaines me tenait à cœur mais il faut bien admettre la vérité pour avancer. Donc :

 

2014 :

Surface de réparation, une romance M/M avec des footballeurs. Le premier jet est terminé, mais je ne suis pas pressée de me lancer dans les corrections :p.

(je sais que ça paraît dingue de laisser des textes a priori achevés dormir dans mon PC, mais je travaille sur moi pour apprendre à lâcher prise pendant les corrections !)

Occupé à charger les tenues boueuses des plus jeunes dans la machine à laver du club, Joris se demanda une nouvelle fois ce qu’il faisait encore là. Depuis deux jours, depuis que Samuel l’avait appelé pour le prévenir qu’il aurait sûrement la visite de Colin aujourd’hui, il n’avait quasiment pas dormi. Pour cet après-midi, il avait bien pensé à se faire remplacer mais, avec les vacances scolaires qui commençaient, ils étaient déjà un nombre insuffisant d’arbitres et il ne voulait pas que les enfants pâtissent de sa lâcheté. Aussi essayait-il de se convaincre qu’il allait se comporter en adulte et accueillir Colin avec un sourire avant de lui faire comprendre que tout était fini entre eux. Son cœur se serra à cette idée, mais Joris avait réussi à mettre de la distance entre eux depuis le départ de Colin et celui-ci avait peut-être profité de ses années à Belgrade. En deux ans et demi, ils avaient eu le temps de s’éloigner.

En se redressant, Joris ressentit une douleur au genou. Il était resté trop longtemps statique et en appui sur sa jambe ; il recula jusqu’à une chaise pour s’asseoir et masser l’articulation sensible.

 

2015

Alors, celui-ci n’a pas de titre (mon fichier se nomme Téléréalité), mais part du concept du Bachelor. C’est une romance M/M. J’en ai écrit un peu plus de la moitié et je sais d’ores et déjà que le début est à revoir (j’ai des débuts toujours très faibles, le temps de trouver le bon rythme et de bien faire connaissance avec mes personnages).

J’avais hésité à le poursuivre sur ce NaNo, mais je préférais partir sur quelque chose de neuf. Donc, je pense que je reprendrai ce texte en 2017, peut-être pour la camp NaNo si je décide d’y participer.

Sa porte d’entrée claqua et le canapé ne tarda pas à s’affaisser à ses côtés. Il aurait dû se sentir cerné, mais ne daigna pas tourner la tête vers ses visiteurs ou même les saluer. À l’écran, Paul venait de baisser le regard au sol et avait les pommettes un peu rouges. Quand il releva la tête, il avait les yeux humides et Ruben grinça des dents parce que cet enfoiré savait vraiment jouer la comédie.

― C’est du passé…, commenta Paul.

Le ton ne pouvait qu’encourager la journaliste et celle-ci mordit à l’hameçon, au grand désespoir de Ruben.

― Je suis certaine que nos spectateurs sont suspendus à vos lèvres. Tout comme moi, précisa-t-elle avec un sourire charmeur.

Il eut la nausée en regardant Paul soupirer, faire celui qui se résignait à céder à la demande.

― Ça date d’avant mes premiers rôles, un premier amour que je croyais invincible. Je n’ai jamais eu de relation aussi intense depuis.

― Pourtant, on vous a vu défrayer la chronique avec plusieurs des actrices qui ont partagé l’affiche avec vous.

― Mes relations avec mes collègues n’ont jamais été de cet ordre ; vous ne devriez pas croire tout ce que vous lisez dans les journaux à scandales, s’amusa Paul.

― Soit. Alors, dites-nous tout sur cette relation.

― C’était lui qui me surnommait Pablo…

― Lui ? le coupa la journaliste. Votre premier amour était un ho…

L’écran vira au noir. Ruben cligna des yeux et vit sa sœur reposer la télécommande sur la table basse. Cependant, Mila ne fit aucune réflexion et c’est son frère, Joaquin, qui s’en chargea :

― C’est pour regarder ces conneries que tu ignores nos messages depuis hier soir ?

― On a loupé la meilleure partie, râla-t-il.

― Quoi ? répliqua Mila. Son coming-out ? Ça fait bien dix ans qu’on sait qu’il est gay.

 

2016 :

Le NaNo de cette année ! Encore trop tôt pour savoir comment il va se dérouler, mais je viens de passer plusieurs semaines à le préparer. J’espère vraiment que ça va m’aider à bien avancer sur ce nouveau projet.

C’est un texte de fantasy qui tourne autour de la légende du cavalier sans tête. J’en reparlerai plus longuement par la suite :).

Source : http://nathanandersonart.tumblr.com/post/115174943379/name-dullahan-gan-ceann-without-a-head-area

Source : http://nathanandersonart.tumblr.com/post/115174943379/name-dullahan-gan-ceann-without-a-head-area

 

Demain, c’est le jour J donc bonne chance à tous les nanoteurs :).

Publié par

Magena Suret

Magena Suret a toujours eu la tête dans les nuages et le nez dans un bouquin. Après des années à développer son style dans la communauté riche et active de la fanfiction, elle se tourne vers l’édition avec un joli bagage, puisqu’elle publie sur le net depuis 4 ans. La romance érotique et le M/M étant ses sujets de prédilection, elle écrit le plus souvent dans ces genres, mais elle aime aussi relever des défis et met un point d’honneur à toujours se renouveler !

Une réflexion sur “5 ans de NaNoWriMo”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s